Les exportations de l’Espagne vers l’Afrique représentent 5,8 % de ses ventes mondiales.

Foto de la celebración del foro

Les exportations de l’Espagne vers l’Afrique représentent 5,8 % de ses ventes mondiales.

Les exportations espagnoles vers l’Afrique ont connu une croissance importante au cours des vingt dernières années et, à la fin de 2021, elles représentaient 5,8 % des ventes globales du pays -18 502 millions d’euros-, alors qu’elles ne représentaient que 3,3 % en 2000.

C’est ce qu’a souligné ce mercredi, lors de l’ouverture du 1er Forum des entreprises et des investissements Afrique-Espagne, organisé par le gouvernement des Canaries et le ministère de l’industrie, du commerce et du tourisme par l’intermédiaire de l’ICEX, la sous-directrice générale de la politique commerciale avec les pays méditerranéens, l’Afrique et le Moyen-Orient de la secrétaire d’État au commerce, Ana de Vicente Lancho.

Ce volume de ventes place l’Espagne “dans une meilleure position que ses exportations vers l’Amérique latine”. Il est vrai que nous avons des liens historiques avec ce continent, mais nous devons regarder la réalité, nous avons un rapprochement commercial très important avec l’Afrique, qui s’est accéléré ces dernières années”, comme le montre le fait, a-t-elle dit, que le nombre d’entreprises espagnoles exportant vers ce continent “est passé de 15 000 en 2000 à 42 500 en 2008”. M. De Vicente a estimé qu’il fallait profiter de cet intérêt pour l’Afrique, tout en précisant que les importations espagnoles vers le continent ont également augmenté, “passant de 12,4 milliards en 2000 à 27,845 milliards en 2021, ce qui représente 8,1 % de tout ce que nous achetons au reste du monde”.

Des améliorations sont encore possibles

Lors de ce forum, le représentant du secrétaire d’État au commerce a estimé que, bien que les relations commerciales bilatérales avec l’Afrique “soient à un bon point, il y a encore de la place pour des améliorations”. Elle a souligné que bien que les entreprises espagnoles aient investi 5 359 millions d’euros en Afrique, ” il existe une forte concentration dans le nord du continent qui doit être modifiée “, pour laquelle la stratégie Horizon Afrique a été conçue ” afin de concentrer les efforts sur des initiatives spécifiques “.

“Pour accroître l’internationalisation des entreprises espagnoles sur le continent, y compris celles des îles Canaries, nous avons élaboré une stratégie visant à identifier les pays et les secteurs clés afin d’obtenir des résultats plus importants et meilleurs”, a-t-il déclaré. Ainsi, il a été conclu que les pays prioritaires pour l’Espagne en Afrique subsaharienne sont la Côte d’Ivoire, le Kenya, le Rwanda, le Sénégal, la Tanzanie et l’Ouganda, tandis qu’au nord, ce sont l’Algérie (avec laquelle les relations commerciales restent compliquées), l’Égypte et le Maroc. Par conséquent, “sans laisser de côté aucun autre pays de ce continent”, les instruments et les stratégies d’internationalisation se concentreront sur ces pays.

Secteurs clés pour l’action

De même, ” des secteurs clés d’action ont été choisis, où il existe un intérêt de la part des pays africains pour recevoir des investissements et des exportations espagnols et, en même temps, partager des connaissances “, et il a été décidé qu’il s’agit de ceux liés aux infrastructures énergétiques, aux énergies renouvelables, à l’eau et à l’assainissement, au traitement des déchets, à l’agroalimentaire, au transport ferroviaire et à l’ingénierie et au conseil, qui, de plus, sont compatibles avec les objectifs de l’agenda 2030, a déclaré De Vicente.

Sur la base de ces pays et secteurs, un axe d’action fondamental a été développé, l’axe institutionnel, qui a conduit le président du gouvernement, Pedro Sánchez, à visiter des pays tels que la Libye, l’Égypte, le Kenya, l’Afrique du Sud, l’Angola -où le roi prévoit de se rendre en février 2023-, et le Sénégal, tandis qu’il a également reçu en Espagne les présidents du Nigeria et de la Mauritanie. En outre, l’Espagne a renforcé son réseau de bureaux économiques et commerciaux en Afrique, avec l’ouverture d’un nouveau bureau à Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, auquel devrait s’ajouter un autre au Cameroun en 2023.

Lignes de crédit remboursables

Du point de vue financier, le gouvernement promeut la ligne de crédit remboursable avec des projets tels que celui approuvé au Sénégal et celui prévu en Egypte “qui constituent le plus grand portefeuille de cet instrument”. De même, a-t-elle poursuivi, l’assistance technique et les études de faisabilité sont renforcées afin d’améliorer le positionnement des entreprises espagnoles pour obtenir des contrats dans les pays de ce continent, de sorte que sur les onze projets approuvés jusqu’à présent, six ont été réalisés en Afrique.

La directrice générale adjointe de la politique commerciale avec les pays méditerranéens, l’Afrique et le Moyen-Orient du secrétaire d’État au commerce, Ana de Vicente Lancho, a estimé que “les îles Canaries ont un rôle fondamental à jouer” dans cette stratégie car les entreprises insulaires, soutenues par les institutions canariennes, “font preuve d’un grand dynamisme”.

“Nous pensons qu’il y a beaucoup d’opportunités parce qu’il y a une façon très similaire de comprendre les affaires, il y a une proximité culturelle, une confiance et une façon de faire des projets qui, selon nous, peuvent mener à des opportunités concrètes. En outre, les entreprises canariennes se spécialisent dans les questions qui présentent le plus grand intérêt et le plus grand potentiel dans les pays voisins, comme l’économie verte, l’économie bleue, les infrastructures et la gestion de l’eau, des domaines dans lesquels il y a beaucoup de connaissances et d’expérience à partager et de nombreux projets réussis à réaliser”, a-t-il déclaré.

L’Espagne doit prendre soin de ses liens avec l’Afrique

Le directeur des affaires internationales de la Chambre de commerce espagnole, Jaime Montalvo, a souligné que le partenariat entre l’Espagne et l’Afrique “transcende le concept traditionnel de coopération financière et d’attention aux secteurs, comme le secteur primaire, pour entrer dans un nouvel agenda, beaucoup plus ambitieux”.

M. Montalvo a averti lors de ce forum que le moment critique que nous vivons sur la scène internationale oblige à une reconfiguration des alliances et des chaînes de valeur et d’approvisionnement, et “déplace l’axe de l’économie mondiale vers l’Indo-Pacifique”, raison pour laquelle il estime que l’Espagne doit “prendre soin de ses liens atlantiques et de voisinage, en particulier avec l’Afrique occidentale, comme une obligation morale et parce que nous partageons de nombreux intérêts, il existe des instruments de financement et de soutien, ainsi que des opportunités”.

Selon lui, en ce qui concerne les échanges commerciaux entre l’Espagne et l’Afrique : ” nous n’avons aucune excuse pour ne pas continuer à renforcer cette collaboration ” car ” c’est la seule façon d’atteindre le futur que nous méritons “.

Crédits : EFE (Las Palmas De Gran Canaria )

 

No Comments

Post A Comment